Gratter ou cocher, quel jeu de hasard préférez-vous ?

On gratte un petit ticket par-ci, on remplit une petite grille par-là, et on espère le gros lot. En France comme partout dans le monde, le jeu de hasard et d’argent fait recette. En Hexagone, c’est la Française des jeux qui fédère tout mais sur le choix du ticket que vous achetez, vous êtes seul maître !

Cocher la grille

La loterie et ses cousines la tombola et le keno existent depuis des siècles (des millénaires pour ce dernier) mais ont toujours autant de succès. En France, la loterie a été importée d’Italie par François 1er pour arrondir les fins de mois du pays, mais cela n’a pas bien pris. Les religieux ont persisté et réussi à engranger des gains, du coup le pouvoir royal s’y est ré-intéressé (et l’a fait interdire en dehors de son autorité).
La loterie est ainsi désirée et indésirable selon les pouvoirs successifs jusqu’en 1933 quand, enfin remise en odeur de sainteté, elle est instituée en tant que Loterie nationale française. On peut même désormais jouer et gagner à l’Euromillions, version européenne du loto où les cagnottes atteignent des montants immenses.

Ça gratouille

En 1976, la loterie nationale se refait une beauté en devenant la Française des jeux. Elle englobe du coup des types de jeux qui lui faisaient alors concurrence (Tiercé et autres paris sportifs) et se met dès les années 90 aux jeux de grattage. Ceux-ci viennent d’être inventé aux États-Unis et ils plaisent immédiatement au public. L’instantanéité du concept, le thème toujours inspirant ou connoté (astrologie, casino, jeux de cartes) et le design hyper coloré rendent ce mode de jeu attractif et addictif. Les montants sont certes moins faramineux que pour les lotos, mais on y gagne plus facilement. C’est pourquoi beaucoup de Français en ont fait leur rituel hebdomadaire ou quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *